La paroi existante est composé d’un crépis, d’un mur de brique et d’une isolation que nous allons refaire. Pour isoler notre paroi existante, nous avons fait le choix d’utiliser des matériaux pour leurs caractères écologiques, inépuisables et qui nécessitent peu de transformation. La paroi se compose d’une première couche de coton faite à partir de vêtements
recyclés. L’autre couche est du gramitherm, isolant biosourcé à base de fibre d’herbe. Nos matériaux peuvent être obtenu localement, en effet une collecte de vêtements se situe à 30 km d’auxerre à Joigny et l’herbe est une matière première qui se trouve en tout lieu même si le lieu de fabrication du gramitherm reste surtout la Belgique.

Un développement important prochain amènera cette filière à s’exporter en France. Nous avons retenu le principe d’isolation par l’intérieur pour des raisons de conservation de la façade, des raisons de coûts, de mise en oeuvre.
Pour le pare-vapeur nous avons choisi de prendre celui de la marque Verso Reflex et pour le parement nous avons choisi de la marque Fermacell.

Voir la fiche

Ce dispositif correspond au mur nord d’une maison qui est un ancien corps de ferme traditionnel construit en adobe (brique de terre crue) et en pierre. Cette proposition s’intitule « retour à la terre », car l’objectif est de sélectionner des matériaux entièrement naturels (issus de l’agriculture) et le moins possible transformés en utilisant uniquement de la paille, du bois, de la
terre et des pierres. Ces derniers sont tous disponibles à proximité immédiate du site. L’utilisation de la paille permet de soutenir les agriculteurs du Tarn et ainsi d’entretenir l’économie et les savoir-faire locaux. Cette proposition s’ancre dans le site et dans le milieu rural et privilégie les circuits-courts. Enfin, si jamais la maison est détruite, la paille est totalement réutilisable et peut
retourner à la terre sous forme de fertilisant par exemple. Comme elle n’a pas subi de transformation, elle est entièrement biodégradable. D’autre part le choix de l’isolation en bottes
de paille dans une ossature bois simplifie la mise en oeuvre et permet une auto-construction totale ou partielle pour limiter le cout de l’installation.

Voir la fiche

Rénovation thermique d’un bâtiment en madrier à l’aide d’une isolation par l’extérieure. Nous avons essayé d’utiliser des matériaux locaux. L’esprit de la conception est écologique, nous avons
cherché à utiliser des matériaux à faible énergie grise, cependant pour pouvoir commercialiser cette paroi rapidement, nous avons utilisé des poutres en I. Mais toute fois, une deuxième version de la paroi encore plus écologique vous sera proposée. Nous avons choisi la renouée du Japon comme isolant, car celle-ci nuit à la faune et la flore, et ne représentait à ce jour que des
inconvénients pour notre environnement.

Voir notre vidéo : https://youtu.be/rvsiuWCvduM

 

Voir la fiche

Nous avons exploré le monde de la déconstruction. Nous traitons à travers ce projet la récupération et la réutilisation après transformation de matériaux prévenant de la démolition de bâtiment. Nous avons aussi choisi des matériaux déchets liés à la construction d’un édifice comme la terre naturelle du terrassement. Notre paroi répond aussi a la notion de localité, sachant  que la démolition se fait d’avantage dans les grandes villes. Cherchant a répondre a une situation de rénovation thermique, notre paroi semble résoudre une large quantité de critères face à ce projet.

Voir la fiche

La laine à base de fibres textiles recyclées est un isolant issu des vêtements inutilisables permettant leur
réutilisation et évitant leur destruction à l’incinérateur. De plus, elle possède de bonnes performances
thermiques et acoustiques. La pose de cet isolant se fera à l’aide d’une ossature métallique. La collecte
locale et la valorisation permettent de créer des emplois locaux non délocalisables.

Voir la fiche

Utilisation de matériaux durables et respectueux de l’environnement. Les trois matériaux principaux retenus sont du chanvre bio, du crottin de cheval des haras de Cluny et du liège recyclé. Nous avons souhaité cibler des matériaux et des producteurs proches de notre localisation (inférieur à 350km).

Voir la fiche

Pour cette paroi, nous souhaitions avant tout, utiliser des matériaux vernaculaires, dans le but d’avoir un impact environnemental faible du point de vue du transport. Cette paroi a donc été entièrement réalisée avec des matériaux locaux, dans un rayon géographique restreint. Mise à part l’OSB, tous les matériaux ont un cycle de vie qui respecte les objectifs du développement durable. La mise en œuvre de la paroi a été dans l’ensemble, relativement simple, mise à part le placement de la paille en vrac qu’il fallait compacter dans le coffrage en OSB.

Voir la fiche

Inertie importante avec un panneau de Terre Argilus ,  Paroi respirante et matériaux capillaires : paille de riz et valorisation des déchets agricoles.

Faible énergie grise

Mise en œuvre de l’isolant similaire à l’ossature bois classique
Préfabrication à l’atelier

Voir la fiche

Notre paroi est le résultat d’une combinaison de deux matériaux ; l’un en panneau sur une petite épaisseur, l’autre en vrac pour éviter les ponts thermiques. Nos deux matériaux ont un impact environnemental faible en assurant une très bonne isolation thermique d’été et d’hiver, une isolation phonique en plus d’être un bon régulateur d’humidité.

Voir la fiche

Matériaux issus du recyclage de déchets, léger, peu couteux et respectant la réglementation

Voir la fiche